Les secrets du billard

Les billards René Pierre:

La fabrication d’un billard chez René PIERRE relève d’une excellence qui passe par un véritable processus de précision. Selon les règles de l’artisanat français, René Pierre s’attache à produire dans son usine française ses billards avec l’ensemble des corps de métier nécessaire. 

En effet, on ne s’improvise pas maître billardier et la connaissance du bois n’est pas suffisante. Le métier tient à la fois de la menuiserie, de la tapisserie (l'ardoise du billard est recouvert d’un drap), de l’ébénisterie (pour les styles et finitions), de la mécanique (la planéité doit être parfaite), de la peinture, auxquelles il convient de rajouter quelques solides notions du travail de la pierre rendues nécessaires par la présence d’un plateau en ardoise sous le drap.

La marque française René Pierre a été la première à doter ses billards pour particuliers d’un châssis métallique invisible à l’œil car intégré sous le travail d’ébénisterie, une véritable promesse de rigidité absolue. Gage supplémentaire de planéité, les billards René Pierre sont équipés de tables d’ardoise monobloc ou en 3 parties extraites des meilleurs schistes mondiaux.
De même, les draps utilisés par les tapissiers René Pierre pour couvrir la table sont de qualité supérieure, Iwan Simonis, le nec plus ultra agrée par la Fédération de billard.

Chaque billard est doté d’une fiche technique qui le suivra tout au long de sa fabrication, certains billards comme ceux de la gamme Prestige nécessitent plus de 100 heures d’un travail totalement artisanal assisté du début à la fin par un maître billardier.

Enfin, et puisque la qualité ne vaut que si elle est constante, chaque billard René PIERRE est entièrement monté à l’atelier avant d’être livré chez le client. Un rempart essentiel contre les défauts occasionnels qui pourraient entacher les produits. C’est seulement après cette étape que le billard pourra se voir apposer son certificat d’authenticité René PIERRE. Autant d’attentions qui font de la signature du maître billardier français un emblème recherché par les amateurs les plus exigeants.

Avoir un billard chez soi:

Loin des stéréotypes, le billard a totalement changé et s'est modernisé. On pourrait même parler de révolution esthétique tant l’image et la perception de ce loisir ont évoluées. 
René Pierre a concouru à réconcilier le billard avec les décorations intérieures et grâce à son savoir-faire, elle a su détecter la volonté des clients d'associer ce meuble avec la déco. A tel point que le billard n’est plus relégué dans une pièce dédiée, dans la bibliothèque ou au sous-sol, mais s’expose fièrement dans les salons et maintenant les salles à manger grâce à son plateau table.

L’essor d’une clientèle féminine à concouru à rendre les modèles de billard plus modernes. C’est ainsi que les billards René Pierre, alliant design, esthétisme et excellence ont su convaincre cette nouvelle clientèle. La personnalisation des tapis, avec des couleurs glamour comme le fuchsia ou un décor zébré, a su donner une touche de gaîté et de féminité dans n’importe quel intérieur.
Les bancs peuvent être adaptés parfaitement au coloris de votre billard. Le billard est donc bien plus qu’un simple loisir, c’est un véritable élément de décoration qui arbore fièrement la personnalité de son propriétaire et qui lui permettra de sortir des codes et conventions.

Mais ce n’est pas tout, la transformation en table des billards a su donner a ce meuble une praticité sans équivoque. Ces plateaux sont d’ailleurs personnalisables et peuvent s’adapter à votre demande, si vous choisissez un plateau transparent, vous pourrez alors admirer lors de vos repas le drap en toile de fond avec les billes colorées disposées sous la vitrine de table.


Histoire du billard:

Comme c’est le cas pour toutes les inventions qui ont séduit un large public, plusieurs pays se disputent l’invention du billard, mais les spécialistes et les gravures du XVème siècle s’accordent pour donner à notre pays, la France, la paternité de ce jeu. La première ébauche de billard apparaît en France au XVème siècle sous la monarchie de Louis XI. Ce dernier souffrant d’un mal de dos désirait pratiquer le criquet à une hauteur plus élevée. 
Imagination d’un Roi, le billard acquière rapidement un bel engouement de part sa noble naissance. La pratique de ce jeu est alors intégrée dans les hautes sphères de l’aristocratie et rentre en compte dans la formation des Mousquetaires du Roi au XVIIème siècle. Le billard se décline alors en véritable exercice physique puisque le Roi Louis XIV devait en pratiquer régulièrement.

Le XVIIIème siècle marquera l’époque de la démocratisation du billard. En effet la création des académies, salles de billard, avait pour but de rassembler  tout types de publics : joueurs amateurs, joueurs confirmés ou même spectateurs. Cette démocratisation s’exercera  également dans les autres puissances économiques de l’époque, notamment aux États-Unis et en Angleterre, où  le billard connaîtra une évolution. Aux États-Unis, le succès est tel que le billard devient un sport national.

Des évolutions notoires ont également conforté la praticité de ce jeu. C’est ainsi que Mingaud en 1823, sous-officier d’une prison, eut l’ingénieuse idée de coller a l’extrémité de la queue un élément  de cuir qu’il frotta sur les murs de la prison avec de la chaux.  Ce morceau de cuir s’appelle le procédé et il en est l’inventeur. Il défia alors les plus grands maîtres du billard français et était le précurseur des effets dans le billard, notamment le retro, connu de tous les amateurs.
L’adhérence  entre la queue et la bille sur le tapis fut également améliorée par l’invention de la craie bleue, inventée par l’anglais John Carr. Autre amélioration, l’invention des points de repères par l’irlandais Phelan: ces dernières fournissent des repères essentiels sur la table de billard et guident les joueurs. La démocratisation de la pratique et la révolution industrielle britannique vont faire évoluer le meuble vers le billard « moderne ». En effet,  tables d’ardoise, bandes de caoutchouc et queue avec procédé en cuir vont être intégrés dans chaque billard.

Par ailleurs, les modes de jeu évoluèrent  et deux pratiques antagonistes voyaient donc le jour. Le billard français ou carambolage aux alentours de 1740, et le billard anglais ou l’empochage  créé en 1850. Le billard anglais a pour but de faire tomber l’ensemble des 15 billes dans les poches du tapis à l’aide d’une bille blanche, appelé bille de choc. Le billard français n’a quant à lui aucune nécessité de poches, le but du jeu est de faire caramboler les billes entre elles. Le billard américain (16 billes) fait également son apparition et ressemble au billard anglais. Arrivé aux Etats-Unis dès  1800, le billard américain connaît rapidement un engouement plébiscité par une grande partie de la nation américaine qui se plait à assister aux compétitions de ce véritable sport national. En 1875 le jeu de snooker apparaît, un jeu de 22 billes avec un tapis plus lent et une table bien plus grande : une évolution du billard américain.              

La deuxième moitié du XXème siècle voit l’apogée du billard. Tout l’abord le procédé de fabrication n’est plus le même, les billards se dotent de châssis métalliques, de tables en ardoises, mais également l’ivoire des billes est remplacé par un matériau de substitution, le celluloïd. De plus, le billard se voit marqué par son apogée en tant que sport. Avec  notamment des grandes compétitions retransmises à la télévision, ou encore par le développement du marché des particuliers. En effet, nombre d’entre eux se dotent  d’un billard pour des soirées en familles ou entre amis. Des salles de jeu font également leur apparition et  des complexes de loisir se munissent de billards pour divertir la clientèle.
Mais comment peut-on expliquer cet engouement ? Surement par le fait que l’inconscient populaire mondial a été marquée par le coup de projecteur du billard au grand écran. En effet,  des films au succès mondial ont aidé la communication du billard à l’échelle mondiale, comme le film « L’arnaqueur »avec le charismatique Paul Newman, ou encore « La couleur de l’argent » de Martin Scorsese avec à l’époque le jeune Tom Cruise.

Loin des clichés des premiers billards dans les cafés enfumés où seuls les hommes s’adonnaient à ce loisir, le contexte a bien changé. De nos jours, le billard tend à devenir un sport familial et authentique et est de plus en plus plébiscité par les jeunes et les femmes.